Porter du fruit

“C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.” Matthieu 7,20

Bonjour, mes chères amis!

Photo:  saxtonstudio
Photo: saxtonstudio

Mon mari me laisse libre choix quand il s’agit des plantations dans notre jardin.  Il sait que j’aime bien choisir et planter, et travailler le reste, donc il m’aide à acheter et à préparer la terre, mais après tout cela, il me laisse la liberté de choisir ce que je mets.

S’il ne pouvait y avoir qu’un seul arbre dans notre jardin, ce serait un cerisier.  Il a de bons souvenirs d’une maison où sa famille était locataire dans la région parisienne, avec un grand jardin où se trouvaient quelques arbres fruitiers, y compris un cerisier qui donnait beaucoup de fruits.  Chaque année lui et ses frères et sœurs se battaient pour cueillir ses fruits.  Il me rappelle qu’en étant enfant, il n’y avait pas de meilleur goûter que ces cerises qu’il était allé cueillir lui-même.

C’est normal, lorsqu’on pense aux arbres fruitiers, d’attendre qu’ils portent du fruit!  Il est très décevant de voir un arbre fruitier mature, avec des jolies feuilles, d’apparence très saine, mais qui ne porte pas du fruit!  Un cerisier sans cerises semble privé de sa gloire, comme si la table est mise pour un banquet, mais il ne s’y trouve aucune nourriture!  Quelle déception!

Je dois avouer que pendant longtemps, j’ai cherché des explications au récit de Marc 11,12-24, où Jésus dessécha le figuier stérile.  Après tout, ce pauvre figuier n’y pouvait rien: ce n’était pas de sa faute s’il n’avait pas de figues!  Je crois que l’image que Jésus voulait laisser à ses disciples, et à moi aussi, valait bien la “vie” de ce figuier, si seulement je prends le temps de regarder d’un peu plus près.

D’abord, ceci n’est pas une acte de “méchanceté” de la part de Jésus envers un pauvre figuier sans défense, ni un acte irréfléchi ou de frustration parce qu’Il avait faim et ne pouvait pas manger de figues.  Il n’a pas détruit le labeur de quelqu’un d’autre, parce que de toute évidence cet arbre n’appartenait à personne:  le figuier se trouvait “sur le chemin,” comme m’indique Matthieu 21,19.  Après tout, Jésus en tant que Dieu est maître de la terre, et de tout ce qu’elle renferme:   “A l’Éternel la terre et ce qu’elle renferme, Le monde et ceux qui l’habitent!” (Psaume 24,1)

Voici quelques leçons que Dieu m’a aidé à comprendre dans ce récit:

Il y aurait dû se trouver des figues sur cet arbre! La Bible dit clairement que ce n’était pas la saison des figues (Marc 11,13) donc cela n’est pas trop surprenant de voir qu’il n’y avait pas de figues sur l’arbre, n’est-ce pas?  Cependant, les botanistes sont d’accord pour dire que même hors saison, un figuier peut produire des figues, s’il s’y trouve des feuilles sur les branches.  Donc, il n’y avait aucune raison de ne pas trouver de figues sur cet arbre.  Un figuier qui se trouve avec des feuilles mais sans fruit est un figuier stérile, qui ne produira plus jamais de figues.

Jésus avait un but précis derrière cet acte.  Je sais que Jésus ne fait rien au hasard, et que tout ce qu’Il fait est bien fait.  Quand je pense au moment où Jésus se trouvait dans Son ministère, Il s’apprêtait à aller à la croix pour mourir pour mes péchés. Dieu allait changer la relation entre Lui et Son peuple.  Les Juifs, qui devaient être des messagers de grâce et de repentance envers Dieu, ont endurcis leurs cœurs envers les païens.  Lorsque Jean baptisait au début du ministère de Jésus, il disait clairement au peuple:

“Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir? Produisez donc des fruits dignes de la repentance, et ne vous mettez pas à dire en vous-mêmes:  Nous avons Abraham pour père! Car je vous déclare que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham.” (Jean 3,7-8)

En séchant le figuier, Jésus était en train de montrer que la relation étroite dont jouissait le peuple Juif avec Dieu touchait à sa fin.  Il ne produisait plus de fruit, et donc était stérile.  Jésus disait Lui-même après avoir touché le figuier: “Que jamais personne ne mange de ton fruit.”  Puis, Il est allé ensuite vers le Temple pour faire le nettoyage du Temple, de tout ce qui ne devait pas se trouver dans une maison digne du nom de Dieu.

Dieu m’appelle moi aussi à porter du fruit.  Dieu, au moment de mon salut, place en moi Son Esprit, pour que je porte du fruit digne du nom de Dieu!  Je fais souvent référence au fruit de l’Esprit mentionné en Galates 5,22:  “Mais le fuit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.”  Quand je reste attaché à l’arbre qu’est Dieu, et que je laisse Sa Parole agir en moi, Dieu produit un fruit qui fait voir aux autres la grâce et la miséricorde de Dieu.

Dans d’autres passages, Jésus est clair qu’un arbre fruitier doit porter du fruit.  Après tout, n’est-ce pas cela le but d’un arbre fruitier mature?  Il donne souvent dans les Écritures des avertissements contre les arbres qui font autre chose que porter leur fruit en leur saison, et le résultat est toujours le même: tout arbre qui ne produit pas du fruit ne sert plus à rien, et doit être retranché.  Combien cela devrait m’inciter aujourd’hui à vouloir produire du fruit dans ma vie, digne de mon Sauveur qui est mort pour moi!

Lorsqu’on voit du fruit sur un arbre, on peut reconnaître tout de suite de quelle espèce d’arbre il s’agit. Un oranger donne des oranges, un pommier des pommes.  Que le fruit que je porte dans ma vie puisse refléter la sorte d’arbre que je suis:

“Tout bon arbre porte de bons fruits…” Matthieu 7:17

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s