La foi d’une maman

“C’était pour cet enfant que je priais…” I Samuel 1,27

Photo: barbiecpt0 pixabay
Photo: barbiecpt0 pixabay

Bonjour, mes chères amies,

J’aime bien les “dédicaces” de bébés qui se font dans certaines églises.  C’est un moment spécial où les parents viennent devant l’église pour montrer leur intention d’élever leur enfant dans la voie du Seigneur.  Mon mari et moi avons fait cette dédicace pour nos trois enfants, et j’ai trouvé chaque moment devant l’église un moment aussi sobre qu’encourageant.

En fait, on devrait plutôt appeler ces moments “dédicaces des parents,” et non des enfants.  Après tout, ce sont les parents qui se consacrent à faire tout ce qui est nécessaire pour bien élever leurs enfants selon la Parole de Dieu.  Bien sûr, cela n’apporte en rien le salut à cet enfant (comme certaines églises font à la naissance de chaque bébé), mais cela aide les parents à être conscients de la responsabilité que Dieu a placé sur leurs épaules.

Lorsqu’on pense à ce moment solennel, je ne peux pas m’empêcher de penser à Anne dans l’Ancien Testament, lorsqu’elle a présenté son fils bien-aimé Samuel au service du Seigneur.  C’était à la fois une révélation de son dévouement en tant que maman, ainsi que l’accomplissement d’un vœu fait à Dieu dans les moments les plus sombres de sa vie.

Quel courage, et quel amour.

Voici quelques pensées que le Seigneur m’a montré lorsque je contemplais son histoire merveilleuse:

Anne n’avait aucun autre recours que de placer sa foi en Dieu.   De nos jours, nous reconnaissons que Dieu seul donne la possibilité d’avoir des enfants, mais parfois, avec toutes les avancées médicales, on oublie que ce pouvoir reste entièrement entre Ses mains.  Le plus vif désir du cœur d’Anne pouvait être exaucé seulement par la main de Dieu, et c’est à Lui qu’elle plaidait sa cause.  En Hébreux 11, la Bible me donne clairement une définition de ce qu’est la foi: “Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.” Evidemment, Anne avait la foi en Dieu.  Lorsqu’elle consacrait Samuel au service de Dieu, il n’était pas encore né!  (I Samuel 1,11.)  Ses yeux fixaient le jour où Dieu allait accomplir cette prière, et elle visionnait déjà son fils en train de faire de grandes choses pour le Seigneur.  Ai-je la même foi en Dieu, lorsque je prie pour l’avenir de mes enfants?

Lorsque l’enfant est arrivé, la foi d’Anne est restée constante.  Souvent on entend des prières, “Seigneur, si tu fais cette chose pour moi, alors je ferais….à mon tour.”  Ces prières sont souvent égoïstes, les personnes qui prient pour avoir la vie sauve, ou pour un bien matériel.  Après avoir eu Samuel, Anne aurait pu reprendre son vœu, en gardant jalousement le fils pour elle-même.  Anne ne perdit pas de temps à accomplir son vœu envers Dieu.  Dès que cela était humainement possible, elle est montée avec son mari pour faire ce qu’elle avait promis.  Anne avait prié et le Seigneur a accompli ce qu’elle demandait. Elle comprenait bien ce que son vœu allait lui coûter :  l’enfant même pour lequel elle priait, allait être élevé par quelqu’un d’autre.  Ce fils pour lequel elle a pleuré devant Dieu, sera “toute sa vie prêté à l’Éternel.”  (I Samuel 1,28) Ce mot “prêté” veut dire “donné pour être pris en charge,” de la même manière que les égyptiens ont “prêté” leur or aux enfants d’Israël quand ils sont sortis du pays d’Egypte.  C’était un prêt qui ne pouvait pas être retourné ni remboursé.  Quand Anne offrit son fils au service de Dieu, c’était un prêt à vie, sans rien garder pour elle-même.  Quelle foi extraordinaire!

La prière d’Anne montre sa grande foi en vers le Seigneur.  Souvent on lit l’histoire d’Anne et on s’arrête à la fin du chapitre un de I Samuel.  Mais son histoire ne s’arrête pas là.  Si on continue à lire dans le deuxième chapitre, on voit la magnifique prière de reconnaissance et de louange qu’elle fait envers Son Dieu.  Elle ne gardait aucune rancune ni d’égoïsme dans sa prière.  Elle se réjouissait du “secours” de l’Éternel (v.1).  Elle reconnaissait son autorité sur toute sa vie (v.2-4), et le fait que Dieu aime venir au secours des malheureux (v.5-8).  Dans sa prière Anne affermit sa foi en voyant le lot des justes et des injustes:  “Il gardera les pas de ses bien-aimés. Mais les méchants seront réduits au silence; Car l’homme ne triomphera point par la force.” (I Samuel 2,9) Sa prière ne laisse aucun doute:  elle reconnaissait Dieu pour qui Il est, et se soumettait à sa volonté.

Anne ne savait pas du tout jusqu’où sa foi dans le Seigneur allait la diriger.  En plus d’avoir cet enfant pour lequel elle priait, elle donnait naissance à un grand prophète, qui allait rediriger les cœurs de son peuple vers Dieu.  Samuel, le petit garçon qui écoutait et obéissait à la voix de Dieu, est devenu un homme qui lui-même démontera  une grande foi à son tour.  Anne reçut aussi la bénédiction d’avoir d’autres enfants:  trois fils et deux filles, pour “remplacer celui qu’elle a prêté à L’Éternel.” (II Samuel 2,20).  Dieu l’a bien bénie à cause de sa grande foi en Lui.  Ne fait-Il pasde même pour moi en tant que maman aujourd’hui, si:

  • je mets en Lui seul tout mon espoir et ma confiance?
  • j’accomplis les promesses qui je Lui ai fait?
  • je suis prête à sacrifier ce qui est le plus cher a mon cœur, pour Lui être fidèle?
  • je prête mes enfants et leurs vies à Dieu, et les lui donne  sans les reprendre?

Que Dieu puisse m’aider à avoir la foi d’Anne, surtout envers ceux de ma maison.  Je ne connais pas tous les projets qu’Il réserve à mes enfants, si seulement je lui suis fidèle et obéissante…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s