L’amour…ne se vante point…

“L’amour…ne se vante point…” I Corinthiens 13,4

Photo:  publicdomainpictures pixabay
Photo: publicdomainpictures pixabay

Bonjour, mes chères amies en Christ,

En grandissant, je n’étais jamais très compétitive dans les sports.  J’aimais bien participer et faire des activités, mais si je gagnais, ou si je perdais, cela m’était complètement égal.

Je suis toujours surprise alors par mes enfants, qui sont très compétitifs, et qui ont souvent du mal à gagner avec grâce, et perdre avec dignité.

(Ils doivent hériter cela du côté de leur papa.)

La compétition dans le domaine sportive n’est pas forcement une mauvaise chose en soi.  J’aime bien regarder des Jeux Olympiques à la télé, et encourager mon pays à faire de son mieux.  J’aime bien me perdre dans un match de foot ou de rugby à la télé, et crier des encouragements à mon équipe préférée.

Souvent, ce que j’apprécie dans des événements sportifs est plus l’attitude des joueurs, que la compétition elle-même.  Je préfère supporter un individu ou une équipe qui gagne, tout en respectant le joueur ou l’équipe adversaire.  Rien ne gâche le plaisir d’une “bonne victoire,” qu’un esprit de vouloir gagner à tout prix, sans avoir la moindre pensée pour l’autre.

Dans les rencontres sportives, comme dans la vie, personne n’aime voir les autres se vanter.

Aujourd’hui, nous continuons notre regard sur les aspects “négatifs” de l’amour, les contrastes qui nous aident à faire ressortir les couleurs de l’ amour parfait de Dieu.  Ces caractéristiques se trouvent en I Corinthiens 13, et le prochain sur la liste se trouve au verset 4:

“L’amour…ne se vante point…”

L’expression « se vanter » veut dire de « se mettre à la première place avec force ou effort.» Cette expression laisse entendre : « moi d’abord, les autres après, » qui va tout à l’encontre de l’amour véritable dans la Bible. L’amour véritable réside dans l’humilité, pas dans la vantardise qui typifie souvent les relations personnelles.  Au lieu de garder et rechercher le meilleur pour soi, nous devons chercher à nous mettre à la dernière place.

Nous n’avons pas de meilleur exemple à suivre, que lorsqu’on regarde Jésus et ses relations avec les autres.  S’il y avait une personne sur terre qui mettait toujours les besoins des autres devant ces propres besoins, c’était Jésus.

Souvent, en lisant les passages familiers de la Bible concernant la vie de Jésus sur terre, je ne fais pas trop attention aux détails, ni à une suite d’événements en temps réel.  Un jour, en lisant en Matthieu chapitre 14, je me suis rendue compte de tous les événements qui composaient une journée extrêmement difficile pour Jésus.

Prenons quelques “petits détails” de cette journée dans la vie de Christ.

  • Il apprend le décès de Jean-Baptiste (v.13)
  • La foule le suit et il guérit les malades (v.14)
  • Il continue jusqu’au soir! (v.15)
  • Il donne à manger à 5000 personnes (avec les femmes et enfants) (v.22)
  • Il renvoit la foule (v.23) pour que lui-même puisse enfin se ressourcer auprès de Dieu. Mais cela ne s’arrete pas là.
  • Il calme la mer (v.25), et rassure les disciples (v.27).
  • Il arrive à l’autre bord, après avoir calmé la tempête (v.32).
  • Ensuite, tout cela recommence : les guérissons, l’enseignement, etc. (v.34-36).

Tous ce que Jésus fit dans cette journée, il le faisait sans murmurer, ni hésiter à mettre les besoins des autres devant ses besoins personnels.  Jésus en toute humilité nous montre comment se mettre en dernière place sans se vanter.  Il aurait pu dire, « Regarde tous ce que je fais pour vous. » Il aurait pu aussi se sentir négligé ou abusé, comme souvent c’est le cas pour nous quand nous passons notre temps à servir les autres sans cesse, sans gratitude ou approbation.

Souvent, en lisant des passages comme ceci, je suis tentée de dire:  “C’est normal que Jésus fasse cela.  Il est Dieu!”  J’oublie trop vite, que Jésus est Dieu, mais Il reste aussi un homme (un homme parfait, mais un homme quand même.)  Il “a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre le péché.” (Hébreux 4,15)

Jésus me révèle le secret de son attitude d’humilité en Jean 6,38:  “…car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.

Jésus n’est pas venu pour faire sur terre ce qui Lui plaisait.  Jésus avait un but précis pour vivre sur terre:  racheter l’humanité pour que nous vivions éternellement avec Dieu.  Il devait obéir complètement à la volonté de Son Père pour accomplir cette tache.  Il ne pouvait pas ne penser qu’à Lui-même, à Son confort, et Ses préférences.  Il devait Se soumettre aux autres, pour accomplir la volonté de son Père.

Même envers ceux qui Le maltraitaient, Le méprisaient, et tiraient profit de Son amour inconditionnel.

Tout simplement, Il aimait parfaitement, même ceux qui n’étaient pas “aimables.”  Et Il ne faisait aucun cas de Sa vie, pendant Son ministère sur terre.

La prochaine fois que je suis tentée de me mettre à la première place, de me servir, au lieu de bien vouloir servir les autres, que Dieu puisse m’aider à me rappeler les paroles de Jésus, trouvées en Jean 9,4:

“Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler.”

Quelle était cette “œuvre” de Jésus? Aimer les autres, tout en faisant la volonté de Son Père, et pas Sa volonté à Lui.

A Toi Maintenant….

Lis Philippiens 2 :5-11.  Fais une liste de tout ce que Jésus a laissé au ciel pour nous procurer un si grand salut.

As-tu pris le temps récemment de le remercier pour son humilité ?  Peut-être c’est le moment de le faire.

Lundi:  L’amour…ne s’enfle point d’orgueil…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s