L’amour…ne s’enfle point d’orgueil…

“L’amour…ne s’enfle point d’orgueil…” I Corinthiens 13,4

Photo:  getty images
Photo: getty images

Bonjour, mes chères amies en Christ,

En grandissant, j’habitais dans la compagne, entourée d’une grande forêt au sud-est des Etats-Unis.  Cet endroit était connu pour être un endroit marécageux.  En été, il faisait très lourd, et quand il pleuvait, cela ne rafraîchissait pas la température.  Au contraire, cela rendait l’air écrasant, et faisait sortir les moustiques….et les crapauds.

Les moustiques, je ne les appréciait guère .  Mais les crapauds m’ont toujours fasciné.  J’aimais bien les voir sauter, et oui, j’ai pris dans ma main, et j’en ai souffert des effets secondaires pour ceux qui laissaient leurs “traces” sur moi.  J’aimais bien regarder la membrane autour de leur cou gonfler, pendant la période des “amoureux,” lorsque les crapauds cherchaient par tous moyens à attirer l’attention sur eux-mêmes.

Souvent, quand je lis le passage d’aujourd’hui en I Corinthiens 13,4, je ne peux pas m’empêcher à penser à ces crapauds de ma jeunesse:

“L’amour…ne s’enfle point d’orgueil…”

Le mot “enfle” dans ce passage n’a pas de connotation mystérieuse:  le mot veut littéralement dire, “gonflé.”  Tout comme on gonfle un ballon avec de l’air pour les fêtes d’anniversaire, on peut s’enfler d’orgueil, et on a le même effet qu’un ballon:

On peut être joli.

On peut attirer l’attention sur nous-mêmes.

Mais on est vide à l’intérieur.

On va flotter dans l’air, sans but précis, ballotté par les “courants” de ce monde.

Et,  si on continue à s’enfler d’orgueil, comme quand on continue à gonfler un ballon, tôt ou tard, cela va faire des dégâts.

L’amour de Dieu ne s’enfle pas d’orgueil.  Tout le contraire:  l’amour de Dieu requiert que je me vide de moi-même, de mon importance, de mon attachement à mon avancement, pour pouvoir ressembler de plus en plus à Christ.

Souvent, les chrétiennes sont accusées d’avoir un air de supériorité envers les non-croyants:  “Cette personne se croit meilleure que nous, parce qu’elle ne fait pas…” ou “Depuis qu’elle s’est convertie, elle est devenue super-spirituelle…”  Ces accusations sont souvent à tort, mais il faut faire très attention que dans ma vie, je ne laisse aucune place de vérité à ces pensées.

Simplement dit:  Dans mes relations avec les autres, surtout avec les personnes sans Christ, oublierais-je parfois que, sauf pour la grâce de Dieu dans ma vie, je serais toujours un enfant des ténèbres, sans l’espoir qui vient avec ma foi en Dieu?

Cet amour sans orgueil est dans l’évidence de la vie de Jean-Baptiste.  Voici ensemble quelques exemples tirés de sa vie, pour m’aider à mieux comprendre cette pensée d’un amour sans orgueil:

1.  Jean vivait sa vie pour le bien des autres.   Dès sa naissance, Jean savait que Dieu lui a appelé à faire une tache spécifique:  être celui qui annonçait l’arrivée de Jésus.  Jean passait sa vie à se préparer et à se former pour son ministère auprès du fleuve Jourdain.  Son message? La repentance.  Il mettait en garde même les chefs religieux, ceux qui de toute évidence, auraient pu lui poser le plus de problèmes, vu qu’il enseignait sans leur autorité expresse.  (Si jamais il y avait des gens “difficiles à aimer à l’époque, c’était eux!)  Et ce qu’il faisait, il ne faisait par pour lui-même:  “Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers.  Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.” (Matthieu 3,11)

2.  Jean vivait sa vie pour la gloire de Dieu.  On ne peut pas vivre une vie dédiée aux autres, si on ne se soumet pas d’abord à Dieu!  Pendant son ministère, Jean ne cessait pas de pointer les gens vers Jésus.  Après le baptême de Jésus, Jean disait clairement, “Voilà l’Agneau de Dieu.”  Celui qui vous attendez, il est là.  La Bible continue, “Les deux disciples l’entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent Jésus.” (Jean 1,36-37)  Son plus grand amour pour Dieu se manifestait dans son humilité:  Jean savait qui Jésus est, et il passait sa vie à Lui montrer aux autres.  Voilà un amour sans orgueil!

3.  Jean se voyait serviteur, et non un maître.  Le plus que Jésus prenait en puissance, le plus Jean s’écartait du chemin pour laisser Jésus prendre l’importance.  Quand les disciples de Jean racontaient comment les gens se tournaient de plus en plus vers Jésus, Jean voyait cela comme étant normal:  “Vous-mêmes m’êtes témoins que j’ai dit:  Je ne suis pas le Christ, mais j’ai été envoyé devant lui…Il faut qu’il croisse, et que je diminue.” (Jean 3,28,30) Au lieu de rechercher à garder sa place d’importance ou de situation, Jean laissait sa place à Celui qui le méritait vraiment:  Jésus.  Il s’effaçait, pour que Jésus reçoit la mérite et l’honneur qui Lui était du.

4.  Jean ne reculait pas devant des difficultés, même au prix de sa vie. Aimer des gens difficiles peut vouloir dire que je vais faire des choix qui seront offensifs ou difficiles pour des gens à avaler.  Si je parle pour la vérité, cela va rendre certains mal-à-l’aise, et d’autres en colère.  Jean accomplissait fidèlement sa tache–en dénonçant les relations entre Hérode et Hérodias–même en payant le prix ultime.  Son amour sans orgueil, sans inquiétude pour son lot dans cette vie, faisait de Jean-Baptiste un serviteur fidèle, qui aimait les autres, même ceux qui le haïssaient, assez pour leur dire des vérités dures.

Si je veux montrer envers les gens difficiles dans ma vie un amour sincère sans orgueil, il faut que je fasse comme Jean-Baptiste.  Je dois passer ma vie à aimer les autres plus que moi-même, à aider les gens de voir Jésus et non moi-même, et de m’écarter du chemin pour que les gens voient Jésus et Son grand amour pour eux.

Que Dieu m’aide à ne plus ressembler au crapaud, mais de laisser Jésus grandir dans ma vie.

A Toi Maintenant…

Pense un peu à des moments dans ta vie où tu cherchais à te mettre au premier rang ou devant les autres.  Comment se déroulaient-elles ces situations?  Comment sentais-tu après?    

Comment pourrais-tu, d’une façon quotidienne, chercher à t’effacer pour laisser Christ prendre la première place dans ta vie, surtout en tes relations avec les autres?

Mercredi:  L’amour…ne fait rien de malhonnête…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s