L’amour…croit tout…espère tout…

“L’amour…croit tout, il espère tout…” I Corinthiens 13,7

Holgersfotographie pixabay
Holgersfotographie pixabay

Bonjour, mes chères amies en Christ,

Pour celles qui cherchaient le blog ces derniers jours, je vous présente mes excuses.  Je pensais avoir plus de temps pour écrire ces blogs pendant les vacances, mais le contraire est la vérité!  (Celles d’entre vous avec leurs enfants à la maison savent bien de quoi je parle!)

Poursuivons notre route aujourd’hui avec notre série, “Aimer celles qui ne sont pas aimables…”

Je suis une personne assez naïve.  Je crois facilement les choses qu’on me raconte, et je fais souvent l’objet de plein de blagues à cause de mon innocence.  Quand j’étais plus jeune, cela me dérangeait, mais avec le temps qui passe, je préfère être quelqu’un qui croit ce qu’on me dit, que quelqu’un qui se méfie de tout.

Il y a une exception:  mes enfants.  Avec eux, j’emploie le formule:  “Croire, mais vérifier.”

Il existe très peu de situations aussi désagréables dans notre relationnel que lorsqu’on croit en quelqu’un ou quelque chose, et on découvre qu’une personne ou un objet n’était pas digne de confiance.  Je comprends vite pourquoi les gens en général sont de plus en plus méfiants.  Les publicités exagèrent sur les qualités d’un produit.  Les photos sont truquées.  Les gens mentent, ou ne disent que ce qu’ils veulent transmettre.  On ne respecte plus nos engagements (terminer un blog pour le jour J, par exemple.)  Plus on grandit, plus les torts s’accumulent, et plus on devient méfiant, même des  personnes les plus proches de nous.

Si on ne fait pas attention, cela se transmet aussi dans notre relation avec Dieu et Sa Parole.

Les deux qualités finales énumérées dans notre passage de I Corinthiens 13,sont ces qualités de croire et d’espérer. Il ne s’agit pas d’une croyance aveugle ou mal fondée.  D’après la concordance Strong, le mot original pour ce mot “croire” est:  “placer sa foi en quelqu’un ou quelque chose digne de confiance, surtout pour son bien être spirituel.”  Ce même amour “espère,” ou attend les choses non visibles à nos yeux.

Mais, en quoi ou en qui faut-il placer ma confiance?  Qu’est-ce qu’il faut croire?  Dois-je devenir assez simple pour tout gober, sans investigation, même des personnes qui n’ont pas mon meilleur intérêt à cœur?

L’amour croit…tout.

Il ne faut pas oublier qu’on parle d’un amour parfait de qui l’auteur est Dieu.  Dieu sait de quoi nous sommes capables.  Il connaît le pire qui est en nous.  Il sait qu’à tout moment, chaque personne sur la terre peut le renier, le rejeter, et l’abandonner.

Mais Dieu choisit de nous aimer quand même.  Il “croit” en nous, même quand on n’est pas digne de confiance.

Et Il nous demande de faire de même pour les gens qui nous entourent.

Soyons honnêtes:  personne sur terre n’est digne de confiance à tout moment.  Nous sommes tous des pécheurs, et si on pouvait voir les autres comme Dieu les voit, on aurait un optiques bien différente sur les gens.

J’aime tant le récit de la rencontre de Jésus avec la femme prise en adultère en Jean 8.  Cette femme était coupable, et elle ne pouvait pas le renier ni le cacher.  Tout le monde savait ce qui s’est passé.  Imaginons l’humiliation de cette femme, l’outrage envers sa personne, et l’horreur qu’elle a dû expérimenter en étant mise en évidence devant tout ce monde.  Les gens autour d’elle (et si je suis honnête, j’aurais fait la même chose) la jugeaient en tant que la pire des femmes infidèles.

Quelle était la réponse de Jésus, face aux accusations contre cette femme?

“Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.” (Jean 8,7)

Jésus n’avait pas besoin d’adresser la culpabilité de cette femme.  Elle était coupable d’un péché, et tout le monde le savait.  Mais Il a choisi la grâce envers elle, comme Il le faisait avec ses accusateurs.

Quand les accusateurs sont partis, “accusés par leur conscience,” il ne restait plus que Jésus et cette femme.

“Femme, où sont ceux qui t’accusaient?  Personne ne t’a-t-il condamnée?”

“Non, Seigneur.”

“Je ne te condamne non plus: va, et ne pèche point.” (Jean 8,10-11)

Jésus a tout pardonné, et a placé Sa confiance, si on veut, en cette femme, de ne plus trahir Sa Personne.

Cette femme a-t-elle vécu tout le restant de sa vie sans le moindre péché?  Bien sûr que non.  Jésus avait-Il une confiance mal-placée en cette femme?

Non.

Il ne tenait plus en compte cette injure contre Sa Personne.  Ce péché était pardonné, comme tout autre péché que l’humanité allait commettre est pardonné d’avance, par Jésus sur la croix.  Je ne peux rien faire qui ne soit pas pardonnable par Dieu.  Je dois toujours venir humblement devant Lui pour demander Sa grâce.  Dieu dans Son amour infini me verse un pardon complet, et je peux continuer à vivre comme cette femme, avec l’exhortation que Jésus lui avait donnée:  “Va, et ne pèche point.”

Voilà l’amour gracieux de Dieu.  Voilà l’amour que je dois aussi manifester dans ma vie envers les autres.

Suis-je prête à offrir cette même grâce aux autres, même celles qui me font le plus grand mal?

J’espère que la réponse sera oui…

A Toi Maintenant….

Es-tu une personne qui place sa confiance facilement dans les gens, ou es-tu plutôt méfiante envers les autres?

Comment réagis-tu, lorsque cette confiance est brisée?  Te mets-tu en colère?  Est-ce que tu lances des accusations? 

Comment Dieu peut-Il t’aider à offrir la grâce a celles qui trahissent cette confiance?  

Vendredi:  Aimer les gens difficiles…en dehors de la famille de Christ

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s