Aimer les femmes “difficiles”…dans la famille de Christ

“Mais l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole: par cela nous savons que nous sommes en lui.”  I Jean 2,5

Photo: cherylholt pixabay
Photo: cherylholt pixabay

Bonjour, mes chères amies en Christ,

Dans chaque famille, il y a toujours CES personnes là.

On sait tous de qui je parle.

Les personnes franchement….bizarres.

Les personnes que l’on cherche à éviter à tout prix lors des rencontres familiales.

Les personnes qui ne parlent que d’elles-mêmes (ou de leurs enfants exceptionnels, ou de leur magnifique travail/maison/mari) etc.

Les personnes qui pensent avoir toujours raison.

Les personnes qui franchement, nous ennervent.

Cela est vrai, dans nos familles personnelles, mais cela est aussi vrai pour notre famille en Christ.

Je dois avouer (et peut-être que je ne suis pas la seule ici) que j’ai moins de mal à aimer les inconvertis « difficiles » que les personnes converties qui sont difficiles.  Peut-être, dans mon raisonnement humain, je ne devrais pas avoir de mal à aimer les convertis parce que je les vois comme moi-même, et donc je ne m’attends pas à avoir des conflits et des problèmes avec les gens de ma famille en Christ.  Mais, dans ma famille terrestre, il y a des personnes qui sont difficiles, et c’est pareil pour ma famille spirituelle.  Il y a sans doute des gens qui ont du mal à me supporter aussi, et je suis une personne difficile pour les autres.

Comment devrais-je aimer ces personnes difficiles dans ma famille spirituelle?

Dans le dernier blog, on a traité un des mots pour l’amour utilisé dans le Nouveau Testament par l’amour–« agape »–qui est défini commeun amour pour tout le monde.  Mais ce mot n’est pas le seul mot pour l’amour en grec.  Les mots « philéo » ou «Philadelphie» me donnent un autre aspect de l’amour envers les personnes de ma famille, les personnes avec lesquelles j’ai une certaine affinité ou affection.

Voici quelques caractéristiques de cet amour plus personnel encore.

Plein de désir. D’abord regardons l’usage du mot “philéo” dans un sens négatif.  Par exemple, en I Timothée 6,10, “Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi…”  C’est cet aspect de rechercher quelqu’un ou quelque chose avec un désir vif et ardent.  C’est le choix de se donner entièrement à la recherche de quelque chose parce qu’on l’estime d’une grande valeur.   Dans ce verset, l’objet du désir est mal placé.  (Voir Matthieu 6,5, Matthieu 23,6, Luc 20,46, et Jean 15,19 pour d’autres mauvais exemples.)  Un bon verset qui illustre cette idée dans le sens positif est I Corinthiens 16,22:  “Si quelqu’un n’aime pas le Seigneur, qu’il soit anathème!” Je dois aimer Christ avec un amour plein de désir, me donnant complètement à la recherche de mieux Le connaître et Le servir.

Plein d’affection.  Souvent, lorsqu’on pense à un amour sentimental, on pense au sens affectif, où nous avons de la tendresse pour l’autre personne.  C’est pour cela que les gens disent qu’il leur est impossible d’aimer leurs “ennemis.”  Cette affection et tendresse sont réservées pour celles avec lesquelles nous avons un lien plus proche, par exemple en Romains 12,10:  “Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres; par honneur, usez de prévenances réciproques…”  Le mot « affection » veut dire de chérir, d’avoir des pensées tendres envers quelqu’un, tout comme une mère pour ses enfants.  C’est le même mot utilisé en Tite 2,4, Tite 3,4, et Tite 3,15, où nous sommes encouragées à aimer nos maris et nos enfants.  Notre amour envers nos frères et sœurs en Christ devrait se manifester dans un amour plein de tendresse et de sentiments les plus dévoués .

Plein de générosité.  Un amour fraternel voit les besoins d’autrui, et motivé par de l’ affection pour une personne, on donne.  Certes, c’est l’amour que nous avons pour Dieu qui doit nous motiver à donner, mais nous donnons avec plus d’empressement quand la personne devant nous est un frère ou une sœur en Christ.  Dieu nous a tout donné, donc nous donnons en retour.  Cet aspect est mis en évidence dans des passages comme I Thessaloniciens 4,9-10, où l’église, motivée par son grand amour fraternel pour les frères et sœurs souffrants, donnait de ses biens pour les besoins des autres:  “Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres, et c’est aussi ce que vous faites envers tous les frères dans la Macédoine entière.”

Plein de zèle et de passion. En I Pierre 1,22, je lis un autre aspect de cet amour philéo:  “Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur”.  C’est un amour passionné, sincère, qui consumme tout notre cœur de sa ferveur.   Ce n’est pas un amour oisif ni stérile, mais plein de dynamisme et intense.  Les personnes dans la famille de Christ sont unies par un amour tellement ardent que rien ne doit les séparer.  Tout ce que nous avons la possibilité de faire, nous le faisons à cause de la passion que nous avons pour les autres chrétiens.   Leurs fardeaux et besoins deviennent les nôtres.  Leurs pleurs et larmes deviennent nos souffrances aussi.

Le but de notre amour envers les inconvertis est de les aimer à Christ, pour qu’ils soient sauvés.  Quel est le but de l’amour « philéo » qu’on voit dans ces passages ?  Le but est de s’aimer les uns les autres pour que le nom de Christ soit exalté et non pas calomnié.  Même les inconvertis, sans citer les versets, savent que Jésus a dit que le monde connaitra que nous sommes ses disciples SI nous avons de l’amour les uns pour les autres.  Le reproche le plus souvent lancé aux chrétiens est ceci :  « Vous dites que vous vous aimez, mais dans vos relations avec d’autres chrétiens, vous agissez avec de la haine et non pas de l’amour, donc, vous êtes des hypocrites. »  Donc, quand nous agissons envers les chrétiens « difficiles » avec du dédain, ou du mépris, ou du dégoût, nous disons aux inconvertis que nous sommes des hypocrites.

Aie.

Que Dieu puisse m’aider à aimer mes frères et sœurs en Christ comme Il m’a aimé au début: avec un amour sincère, plein d’affection et de tendresse, avec passion et enthousiasme.  Comme cela, quand les autres regardent mon amour pour les frères et sœurs, ils voient Christ en train de les aimer, et non seulement moi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s