Les chouchous de la classe

“Car il dit à Moïse:  je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde et j’aurai compassion de qui j’ai compassion.” Romains 9,15

Présentation1

Bonjour, mes chères amies en Christ,

Nous savons tous qu’ils existent, mais les maîtres et les maîtresses disent toujours le contraire…

“J’aime tous mes élèves de la même façon…vous êtes tous mes préférés…”

Et pourtant, personne ne croit trop cela…

Dès la première semaine de la rentrée, la maîtresse connait bien les prénoms de ceux qui font continuellement les bêtises, et de ceux qui répondent toujours aux questions.  Si on est au milieu du tas, on est souvent ignoré.  Les maîtresses ne le font pas exprès, mais cela arrive…

Heureusement dans la “classe de Dieu,” mon Maître n’est pas comme cela.  Ou bien…Dieu a-t-Il des chrétiens chouchous?  On sait bien que Dieu aime tout le monde, mais n’a-t-Il pas parfois des préférés?  Il y a des chrétiens qui semblent toujours comblés, toujours bénis, toujours en train de faire des exploits pour Dieu, qu’on peut parfois se poser la question:  Dieu n’aime-t-Il pas les autres plus qu’Il m’aime, moi?

Pendant tout le ministère de Jésus sur terre, Il y avait toujours des disputes entre les disciples de Jésus:  Qui parmi eux était le plus grand, le plus important?  C’est un peu comme les enfants à la maison qui sont toujours à la recherche de l’approbation de leurs parents.  Quand un enfant voit que l’autre reçoit quelque chose des parents, souvent les accusations suivent…”Pourquoi lui,-a-t-il droit à cela et pas moi?”  Les disciples faisaient de même avec Jésus.  Quel chagrin cela a dû provoquer en Jésus! Même parmi ses disciples, il y avait de telles discussions…

En relisant les Écritures, surtout l’Evangile de Jean, on dirait bien que Jésus avait un disciple préféré:  Jean lui-même.  Jean se nomme dans son évangile, “celui que Jésus aimait.” (Jean 13,23, 19,26 et 21,7).  Tous les disciples auraient pu s’appeler avec la même façon:  ils étaient tous les bien-aimés de Christ!  Et pourtant, Jean semblait jouir d’une relation plus étroite avec le Seigneur.  Il est assis près de Jésus pendant le repas de la Pâque.  Il figurait parmi ceux qui ont visionné la transfiguration de Jésus sur la montagne.  Il était le disciple que Jésus chargea de s’occuper de sa maman après sa mort.  Jean avait-il une place privilégiée auprès de Jésus?

C’est la question que Pierre posa à Jésus après sa résurrection.  Jésus confia à Pierre la lourde responsabilité de paître les brebis de Son troupeau, et de continuer à faire Son travail sur la terre quand Jésus irait au ciel.  Jésus donna aussi l’avertissement que les dangers attendaient Pierre pendant sa vie, mais Il finit son discours avec deux mots:  “Suis-moi.” (Jean 21,19)

Quand Pierre a vu Jean, Pierre posa la question, “Et à celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il?”  Cela m’a toujours fait penser aux enfants, qui disent, “Je dois ranger ma chambre et faire mes corvées, mais l’autre enfant, ne doit-il pas faire pareil?”

La réponse de Jésus: “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe?  Toi, suis-moi.” (Jean 21,22)

Voici le cœur du sujet:  Chaque chrétien est appelé à suivre Jésus, mais nous n’avons pas tous le même parcours à faire sur la terre.  Il existe des chrétiens persécutés dans le monde, pour la simple raison qu’ils sont enfants de Dieu.  D’autres chrétiens semblent vivre dans des milieux plus tranquilles. Des chrétiens meurent de faim dans certains endroits, et d’ autres vivent dans l’abondance.   Il y a des missionnaires qui gagnent des âmes et fondent des églises en grandes quantités dans des endroits plus ouverts à l’Évangile.   Dans d’autres endroits comme la France, il s’agit d’ années investies dans les vies des gens, avant de voir le résultat des efforts fournis.

Tous cela veut-il dire que Dieu aime les uns plus que les autres?

Dieu confie des tâches différentes à Ses serviteurs.  Dans le cas de Pierre, Jésus lui confie un grand ministère avec de grands résultats et éventuellement un mort subite et certaine.  Jésus confie à Jean d’autres tracés, jusqu’au moment où à la fin de sa longue vie, exilé sur l’île de Patmos, Jésus révèlera la vision des choses à venir.  Jésus donna la même injonction aux deux:  “Suis-moi.”

Suis-je prête à suivre Jésus, dans les difficultés, ainsi que dans les moments de joie et de réussite?  Dieu me jugera-t-Il digne de me confier de plus en plus de responsabilités, à cause de ma fidélité dans les “petites choses?”

Au lieu de poser la question, “Dieu aime-t-Il les uns, plus que les autres,” ma question devrait être celle que  Jésus a posé à Pierre:  “M’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci?”

One thought on “Les chouchous de la classe

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s