N’éteignez pas…

“N’éteignez pas l’Esprit.” I Thessaloniciens 5,19

Photo: stones pixabay
Photo: stones pixabay

Bonjour, mes chères amies en Christ,

En parlant avec une amie proche l’autre jour, on a partagé un souvenir qui est devenu légendaire entre nos deux familles.

C’était une journée d’automne, et nous avions préparé une activité avec nos jeunes célibataires:  un grand feu de camp, où nous allions partager des témoignages et des chants.  Bref, il y avait une série de problèmes (des orages et des maladies), et donc notre activité a été annulée.  Mes amis sont devenus propriétaires d’un grand tas de brindilles et de branches, et pas de feu de camp en vue.

Donc, nous avions décidé de brûler le tas de bois quand même, pour un feu de camp familial.

Entendez-vous la musique inquiétante?

Le tas de bois a dû être plus grand que ce que nous imaginions.  D’accord, beaucoup plus grand.  Pendant qu’on contemplait ce tas infernal, en  plein milieu d’un champ bien dégagé, on se posait des questions.  Une:  Combien de temps ce feu allait-il brûler, et deux (et peut-être la plus importante), comment allions nous éteindre ce feu?

Nos voisins devaient être en train de se poser la même question.  Quelques minutes plus tard, les pompiers ont débarqué avec leur camion, et ont mis fin à nos questions avec leur lance à incendie, et leurs avertissements les plus sévères.

Bon, sur le coup cela n’était pas très drôle, mais en regardant en arrière, ce feu de camp est devenu célèbre dans notre entourage.  Tout le monde se souvient de cet épisode:  “Souvenez-vous…”

En me rappelant de cette anecdote avec ma copine, je pensais au verset en I Thessaloniciens 5,19, “N’éteignez pas l’Esprit.” Depuis la toute première fois où j’ai lu ce verset en grandissant, j’ai imaginé la même scène que notre épisode avec le feu de camp.  Ce qui a débuté comme un feu productif et chaleureux, avait été réduit aussitôt en tas de cendres inutiles, qui ne radiait plus sa chaleur, qui ne donnait plus de sa lumière.

Cela en est ainsi, chaque fois que je laisse place au péché dans ma vie.

Le Saint-Esprit, résidant en moi, veut toute la place.  Il veut remplir ma vie de Son influence, où chaque acte, pensée et trait de caractère reflète l’image du Fils de Dieu.  Il veut me guider dans une relation étroite avec le Père.  Quand je laisse entrer les pensées et attitudes mauvaises dans ma vie, cela éteint (“couvre” ou “rend impuissant”) Sa puissance dans ma vie. Mon efficacité pour et envers le Seigneur s’éteint, aussi.

Ce verset me rappelle que je dois demander pardon pour tout péché, non seulement ceux qui semblent grands à mes yeux.  Parfois je me repens des “gros trucs” dans ma vie–comme le mensonge ou la colère ou la jalousie, mais je néglige les péchés comme la paresse, l’orgueil, et la procrastination.  Je me rappelle d’être bonne envers mon prochain, mais pas forcément envers mon mari et mes enfants.

Quand le péché est évident dans ma vie, cela limite l’efficacité du Saint-Esprit dans ma vie.  Comment pourrais-je espérer vivre une vie abondante dans le Seigneur, si je laisse le péché gagner de plus en plus de place dans ma vie?  Comment pourrais-je prêter attention à Sa voix, si je laisse le péché crier plus fort que les murmures douces du Saint-Esprit?

Que Dieu puisse m’aider, à laisser Sa lumière luire sans obstruction dans ma vie, en confessant le péché et en restant le éloignée le plus possible du péché.

Combien ma vie sera plus belle, plus radieuse, plus chaleureuse, pour tous ceux qui cherchent une lumière dans les ténèbres.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s