Marcher vers l’inconnu…

inconnu

Bonjour, nos chères lectrices,

Déjà le treize!  Comment cela peut-il être possible?  Je n’ai pas vu le temps passer!  J’espère que vous appréciez chaque moment qui passe avec le Seigneur.  Poursuivons notre route avec Lui aujourd’hui!

PPQL janvier semaine deux

J’aime bien prendre le temps de me balader en famille, juste pour le plaisir de découvrir un nouvel endroit, ou simplement passer du temps ensemble.  Dans notre région il y a plusieurs endroits où on peut découvrir la forêt, des étangs et longer des fleuves et des canaux.  C’est un moment privilégié, une pause dans la routine de la semaine.

Quand le beau temps revient, j’aime aussi partir tôt le matin, avant d’entamer la journée, en balade.  Ce moment de calme m’aide à sortir de mes habitudes, prendre le temps de prier, avant que le chaos de la journée m’accable.

Marcher, sans avoir un but précis, pour le plaisir, est une chose.

Marcher délibérément vers l’inconnu, en est une autre.

Notre deuxième semaine d’étude se termine avec le récit d’Abraham, qui a fait exactement cela.  Motivé uniquement par son amour pour Dieu et une foi ferme, Abraham s’est engagé à frayer un nouveau chemin pour lui et toute sa famille.  Voici quelques pensées sur cette “marche vers l’inconnu.”

Appelé à marcher…

Si mon mari venait vers moi aujourd’hui et me disait, “Dieu m’a dit qu’il faut déménager loin de ta famille et loin de tout ce qui t’es familier, sans savoir exactement où tu vas et pour y résider pour toujours,” quelle serait ma réaction?

“L’Éternel dit  à Abram, Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.” Genèse 12,1

Abram n’était pas une personne sans influence dans son pays.  Il venait d’une famille prospère, et avait déjà à ce moment là des biens considérables.  Il avait une femme, des serviteurs, toute une vie bâtie à l’endroit où il se trouvait.  Et pourtant, Dieu l’appelle à partir vers l’inconnu, prendre des pas de  foi, avec seule la promesse:

“Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.” Genèse 12,2

A sa place, j’aurais été tentée de demander, “Pourquoi partir? Ne peux-tu pas continuer à me bénir, là où je me trouve actuellement?”  Cependant, la promesse pour Abraham est lié directement à son obéissance à partir avec Dieu.  Dieu l’a appelé à Le suivre par la foi, littéralement vers l’inconnu, et nous voyons la disposition de son cœur:

“Abram partit, comme l’Éternel le lui avait dit…” Genèse 12,4 

Je ne sais pas quelles surprises le Seigneur me réserve pour cette année, mais suis-je prête à partir avec Lui, en Lui laissant le guidon de ma vie?  S’il me dit d’aller, ou de rester, ou de poursuivre une autre piste, serais-je prête à dire, “Oui, Seigneur,” et à le faire?


 

…mais jamais tout seul.

Abram est parti avec sa femme et son neveu Lot, plus tous les serviteurs de sa maison et tout ce qu’il fallait pour partir, sans la pensée de revenir.  Pour lui et sa femme, habitués à être bien entourés de leurs familles, cela a du être un grand choc .  Au moins avec cet entourage, il était difficile de se sentir seul.  Je suis sûre que ce voyage n’était pas chose facile pour eux:  ils ne pouvaient même pas dire à leurs proches où ils allaient!  Cependant, partir avec Dieu veut dire littéralement cela…Dieu a pris le chemin avec eux.

“L’Éternel apparut à Abram, et dit:  Je donnerai ce pays à ta postérité.  Et Abram bâtit un autel à l’Éternel, qui lui était apparu.” Genèse 12,7

Plus tard, après son temps en Egypte, Abram va revenir vers ce même autel, pour “diriger sa marche” vers un retour dans son pays, toujours marchant avec Dieu (Genèse 13,3-4).

Le voyage qu’Abram a entrepris n’était pas sans danger.  Il a failli perdre sa femme au chef des égyptiens,  son neveu et tous ce qu’il possédait dans des guerres.  Il a reçu la promesse d’avoir des enfants, mais restait stérile.  A nos yeux,  le temps d’une vie était passé, et à sa place, on aurait pu être tenté de dire, “Seigneur, j’ai tout quitté pour te suivre. M’ as-tu oublié?  Où est l’accomplissement de la promesse?”  Quand Dieu apparaît de nouveau  à lui, Dieu lui rappelle son voyage par la foi:

“Je suis le Dieu Tout-Puissant.  Marche devant ma face, et sois intègre.” Genèse 17,1.

Dieu lui rappelle qu’une marche avec Lui est bien cela:  une marche.  C’est un engagement, à poursuivre un chemin, et à y continuer.  On ne peut pas se détourner du chemin, ou abandonner la marche, quand on est dans la confusion, ou dans le doute, ou dans la tentation.  Marcher avec Dieu est un engagement à vie, jusqu’au moment où on arrive enfin à notre destination, au ciel.

“C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait…car il attendait la cité qui a des solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur.” Hébreux 11,8-9

Et nous, quel chemin allons-nous poursuivre dans cette nouvelle année?  Sommes nous engagées à poursuivre notre marche avec Dieu, peu importe les circonstances et les sacrifices qui nous seraient demandés?

J’espère, pour ma part, que la réponse sera oui.

D’autres réactions au passage pour cette semaine?  Laissez-nous vos commentaires en bas!

A bientôt et bonne balade avec Dieu!

tempspause

One thought on “Marcher vers l’inconnu…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s