A la fin de notre marche

Bonjour, nos chères lectrices fidèles,

Nous disons souvent, “Ce qui compte le plus, ce n’est pas la façon dont on commence notre course, mais c’est notre façon de terminer qui remporte le prix.”

Commencer, c’est facile.  J’ai plein de projets qui m’entourent ici que j’ai commencé, avec toute intention de les terminer…un jour.  (“Un jour” n’est pas un jour sur le calendrier, au cas où vous n’étiez pas au courant.)  Bien commencer est important, sinon on n’accomplira rien dans la vie, mais bien finir…est mille fois plus important, surtout lorsqu’on parle de notre voyage sur terre…

end of the walk

Nous finissons notre lecture de Deutéronome aujourd’hui, et avec la fin de ce livre, nous assistons à la dernière scène de Moïse sur la terre.  Moïse était un homme qui jouissait d’une relation spéciale avec Dieu:

“Il n’y a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l’Éternel connaissait face à face.  Deutéronome 34,10 

Nous avons bien suivi le parcours de Moïse dans notre lecture, mais en lisant ces paroles prononcées par Dieu à son sujet, j’aimerais savoir comment il a vécu pour si bien finir sa course!  Quel était l’héritage qu’il a légué au peuple, et comment cela peut-il m’instruire sur ma marche aujourd’hui?

Plongeons nos regards sur les derniers jours de cet homme extraordinaire de foi…

plan de lecture mars 2016 ppql semaine 2 Bien choisir sa course

Moïse aurait pu avoir une vie complètement différente de ce qu’il a vécu!  Parfois on perd de vue les carrefours de notre vie–ces décisions clés qui altèrent notre marche, pour toujours.  Avez-vous vécu ces moments dans votre vie?  Si vous aviez pris la décision de vous marier avec quelqu’un d’autre, de prendre un autre travail, de faire des études différentes, votre vie actuelle serait tellement différente!

Parfois on se fait plus de mal à soi en regardant en arrière vers ces chemins non-suivis dans notre vie, mais il devrait y avoir au moins une grande décision, pour laquelle on ne devrait pas avoir des regrets:  la décision de marcher avec Dieu par la foi.

Moïse met devant le peuple cette décision clé dans sa vie.  Il y avait littéralement question de vie ou de mort:

Vois, je mets devant toi la vie et le bien, et la mort et le mal.  Car je te prescris aujourd’hui d’aimer l’Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, et d’observer ses commandements, ses lois et ses ordonnances, afin que tu vives et que tu multiplies, et que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans le pays dont tu vas entrer en possession…Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité.  Deutéronome 30,15-19

Je me demande, est-ce que je choisis la vie, l’obéissance, la bénédiction, tous les jours?  Ou est-ce que je préfère suivre mon propre chemin, qui mène à la mort?

Bien choisir ses compagnons de marche

En parlant au peuple d’Israël de sa marche personnelle, Moïse parle de son compagnon de voyage fidèle:  Son Dieu.  Pendant tout son parcours sur terre, Moïse était souvent seul, mais jamais tout seul.  Chaque jour, avec chaque pas, il était assuré de la présence de Dieu dans sa vie, et il transmet cette idée au peuple d’Israël:

L’Éternel, ton Dieu, marchera lui-même devant toi, il détruira ces nations devant toi, et tu t’en rendra maître.  Josué marchera aussi devant toi, comme l’Éternel a dit…L’Éternel marchera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point; ne crains point, et ne t’effraie point.  Deutéronome 31,3 et 8

Cela me fait penser à ma marche quotidienne:  Quelle différence cela ferait-il dans ma vie, si je reconnaissais à chaque instant que j’avais Dieu comme compagnon de marche, et que je disposais de son aide, de son encouragement, de son amitié, de ses soins.  Et cela EST le cas!  Il faut marcher tous les jours en jouissant de sa communion précieuse!

Terminer en beauté

Moïse marchait une dernière fois sur la montagne, mais avec l’assurance qu’il ne redescendrait pas (Deutéronome 32,48-52).  Je me demande comment il a vécu ce dernier trajet?  Ces derniers instants en haut de la montagne, les yeux dirigés vers la promesse, mais en ayant l’accès barré ?  Avait-il des regrets?  A-t-il laissé couler quelques larmes?

Une chose que nous savons:  Dieu était là avec lui dans ses derniers instants sur terre.

Moïse, serviteur de l’Éternel, mourut là, dans le pays de Moab, selon l’ordre de l’Éternel.  Et l’Éternel l’enterra dans la vallée…personne n’a connu son sépulcre jusqu’à ce jour.  Deutéronome 34,5-6

Quand j’arrive à la fin de mes jours, j’espère que mes dernières consolations viendront de la main de Dieu.  Pour Moïse, sa marche sur la terre terminait seul avec Dieu, et quand Il a quitté cette vie, Moïse se trouva de nouveau face à face avec Son Dieu.  Quelle réunion magnifique cela a dû être pour Moïse!  Et quelle réunion cela sera pour moi aussi, si je reste fidèle à mon Dieu, et suis Son chemin jusqu’à la fin de mes jours.  Je marcherais avec Lui sur terre, et je me réveillerais en Sa présence, pour l’éternité!

Je suis toujours un peu triste en finissant la lecture de la vie de ces grands hommes et femmes de la foi!  Quelle joie cela sera de les retrouver, une fois arrivée au ciel!  Pour le moment, nous quittons le chemin avec eux, mais quelle réunion familiale ce sera au ciel!

Nous avons encore du chemin à faire avec Dieu dans Sa Parole!  Poursuivons notre route avec Lui, tous les jours!

A bientôt pour une nouvelle marche avec Dieu!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s