Bonjour, nos chères lectrices,

Bienvenue à notre édition spéciale, Portraits de Foi, où nous mettons l’accent sur ces femmes extraordinaires dans la Bible qui ont marqué, pour toujours, notre idée de la femme par excellence.

Si vous êtes déjà en train de suivre nos études, Le Temps d’Une Pause, vous avez déjà rencontré cette femme, lors de la prise de la ville de Jéricho.  Le temps nous manquait dans notre marche avec Dieu pour faire des gros plans sur toutes les femmes que l’on a rencontré en chemin. Pourtant, Rahab, comme d’autres femmes, a beaucoup à nous enseigner sur une marche digne de Dieu, de par son courage, sa sagesse, et son zèle pour Dieu.  Regardons un peu plus en détail la vie de cette femme courageuse.

Aucun espoir

Je dois avouer, que Rahab n’a jamais été une des mes “héroïnes” de la foi préférée.  Cela doit être lié à son passé douteux. Après tout, Rahab, si vous n’êtes pas au courant était (ton choqué) une femme prostituée!  Nous ne savons rien de son passé, ni des circonstances qui l’ont amenés à ce moment précis dans sa vie.  Il serait si facile de porter un jugement sur sa vie, et pourtant…

Qui d’entre nous peut se vanter d’un passé exemplaire et sans tache?  Qui d’entre nous n’a rien fait de scandaleux , méritant de la critique?  Qui d’entre nous aimerait être présentée ainsi : “Je vous présente (prénom), la (pécheresse)?”

Personne.

Rahab par sa conduite n’avait aucun espoir de grâce, aucun espoir de faveur ni de renommée “décente.”  Tous ce qu’elle pouvait attendre de la vie était du mépris, du scandale et de la honte. N’en était-il pas ainsi pour nous, avant de recevoir le don de Dieu?

Aucune issue de secours

Souvenez-vous de ce moment précis, où Dieu vous a montré dans quel état pitoyable vous étiez dans vos péchés?  Il y eut ce moment où vous vous êtes vue prise au piège, sans issue de secours, et sans moyen de changer de direction, tout en sachant que vous étiez coupable et méritiez la mort?

C’est exactement dans cette situation désespérante que se trouvait Rahab.  Elle était comme les espions qui sont venus se réfugier chez elle: sans aucune issue de secours.

Rahab a dû entendre les rumeurs à propos de ce grand peuple qui arrivait d’Egypte, une grande armée redoutable, qui servait un grand Dieu capable d’ouvrir les eaux devant Son peuple:

“Nous l’avons appris, et nous avons perdu courage, et tous nos esprits sont abattus à votre aspect; car c’est l’Éternel, votre Dieu, qui est Dieu en haut dans les cieux et en bas sur la terre.” (Josué 2,11)

Et, comme “par hasard,” les espions de ce grand Dieu se trouvaient cachés dans sa maison?  Rahab savait qu’en comptant sur ses propres moyens, elle était déjà condamnée, comme toute la ville de Jéricho.  Le seul moyen d’échapper au jugement de Dieu était d’implorer la grâce de Dieu:

“Et maintenant, je vous prie,  jurez-moi par l’Éternel que vous aurez pour la maison de mon père la même bonté que j’ai eue pour vous.” (Josué 2,12)

La grâce peut-elle sauver la vie de Rahab et de ses proches?  La grâce est-elle suffisante?

Aucun doute

Les espions donnèrent des ordres très clairs à Rahab:

“A notre entrée dans le pays, attache ce cordon de fil cramoisi à la fenêtre par laquelle tu nous fais descendre, et recueille auprès de toi dans ta maison ton père, ta mère, tes frères, et toute la famille de ton père.  Si quelqu’un d’eux sort de la porte de ta maison pour aller dehors, son sang retombera sur sa tête, et nous en serons innocents; mais si on met la main sur l’un quelconque de ceux qui seront avec toi dans la maison, son sang retombera sur notre tête.” (Josué 2,18-19)

C’est une histoire familière, n’est-ce pas?

rope

La nuit de la Pâque en Egypte, Dieu a donné au peuple des ordres similaires: Il fallait recueillir les familles dans leurs maisons, et quand l’ange de mort voyait le sang cramoisi sur la maison, il laissait tout le monde dans la maison en vie.  Tous ceux qui restaient sous la protection de la grâce avait la vie sauve, et tous ceux qui restaient en dehors de la maison de la grâce recevaient le plein jugement de Dieu.

La question est devenue très simple pour Rahab et sa famille: allaient-ils croire les promesses de Dieu, ou non?

“C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance.” Hébreux 11,31

C’était une décision qui changerait littéralement sa vie à jamais.

Quand la ville de Jéricho était détruite et les soldats entraient dans la ville, ils laisseraient la maison de Rahab en paix, mais tout autour d’eux disparaîtrait pour toujours.  Josué plaça sur la ville une malédiction, mais Rahab et sa famille échappèrent à cette malédiction.  Rahab fut accueillie dans le peuple de Dieu, et est devenu l’aïeule de David, et par la suite fit partie de la lignée de Christ.

J’aime bien une histoire qui finit bien, pas vous?

N’avons-nous pas toutes une histoire aussi familière?  Condamnée par le péché, sauvée par la grâce, et greffée dans la famille de Dieu?  Tout cela a commencé avec le choix de croire en la personne et les prodiges de Dieu…

Il y a des femmes tout autour de nous aujourd’hui, qui se voient comme Rahab.  Elles vivent dans le désespoir, dans une vie de tragédie ou dans l’insouciance de leur état spirituel.  Elles ne savent pas que le jugement vient, et que leur vie est en danger.  Elles ignorent le fait que peu importe leur passé, elles peuvent aussi bénéficier de la grâce de Dieu.

Pourrions-nous aujourd’hui aller vers elles, en annonçant la grâce merveilleuse de Dieu?

Je suis si contente que quelqu’un ait pris de temps de m’avertir, et me de montrer la grâce de Dieu.  Prenons le temps, dès ce moment, d’ aller annoncer cette parole de grâce aux autres.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s