Bonjour, nos chères lectrices fidèles!

Il y a très peu de petits plaisirs dans la vie qui me rendent le cœur plus joyeux, qu’une petite balade matinale vers la boulangerie.  Il y a quelque chose de si simple, si normal, si convivial pour moi de partir tôt et chercher des baguettes, ou des croissants et des pains aux chocolat pour les journées spéciales, et rentrer à la maison avec le pain encore tiède à la main. je ne me lasse pas de faire ce petite geste.

Chercher du pain nous est indispensable pour notre repas.  J’ai du mal à commencer la journée sans en prendre un peu.

Ce qui devrait être aussi normal pour moi,  serait de prendre du pain de vie, tous les jours.

plan de lecture septembre ppql quatrieme semaineDans notre lecture pour les prochains jours, nous voyons les marches des foules vers Jésus.  Jésus se trouve au sommet de sa popularité avec le peuple.  Partout où Il allait, les grandes foules le suivaient.  Quand Il partit en barque et les gens ne Le trouvaient plus, ils sont partis à Sa recherche.  Malheureusement, ils ne sont pas toujours partis pour les bonnes raisons.Certains le suivaient parce qu’Il leur faisait des miracles, et ils voulaient voir le “show.” D’autres, voulaient Le mettre à l’épreuve.  D’autres, voulaient manger le pain gratuit que Jésus leur procurait.

Je me demande, si souvent je ne fais pas de même dans ma vie.

Pourquoi est-ce que je me mets à la recherche de Jésus, pendant ma journée?  Est-ce parce que j’ai un besoin pressant, et que je ne vois aucune d’autre solution que Jésus?  Cela n’est pas une mauvaise chose, mais si je Le recherche simplement pour être mon génie à tout faire, je n’ai pas une bonne optique sur ma relation avec Lui.  Est-ce que je cherche Jésus, parce que je veux Le mettre à l’épreuve:  “Jésus, fais ceci pour moi, sinon je ne crois plus en toi…”  (même si on ne dit pas les paroles à voix haute.)  Parfois, je viens Le voir, dans l’espoir de gagner quelque chose de Lui, une récompense pour ma fidélité envers Dieu.  Je fais mon devoir, et j’attends ma petite portion de pain en retour…

Posons un regard nouveau sur notre relation avec Jésus ce matin.  Jésus nous invite à prendre de Lui, et apprendre de Lui, comme du pain pour rassasier notre âme.

Donné, et rassasié…

Peu importe le nombre de fois que je lis les récits de la multiplication des pains et des poissons, je suis toujours émerveillée.  Il y avait un grand besoin, et Jésus avait compassion de la foule (Matthieu 15,32).  Il combla le besoin, et ce qu’Il pourvut était plus qu’adéquat pour le besoin.  Il en donna tellement, qu’Il en resta.   Il n’y a rien qui manque, rien de plus à ajouter ou à aller chercher pour combler la différence.

Pourquoi est-ce que je m’étonne, quand Jésus pourvoit à mes besoins de façon abondante?  Jésus donne toujours ce dont j’ai besoin, et beaucoup plus encore.  Si je pouvais simplement réaliser combien Jésus aime donner aux siens!  Il n’est pas radin, et Il prend plaisir à le faire!  Si je donne à mes enfants dans le besoin juste à cause de mon amour pour eux, ne fera-t-Il pas de même pour moi?  Combien j’ai besoin de voir ma foi grandir en voyant Sa provision!

Malheureusement, cet événement produisit un effet négatif chez les gens.  La foule chercha Jésus non pour Le connaître, mais pour ce qu’Il pouvait faire pour eux.  Jésus leur dit clairement:

Vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Jean 6,26

Est-ce que je cherche Jésus dans ma vie, pour qu’Il fasse des choses pour moi, ou parce que j’ai envie de Le connaître?

Quand les foules cherchent encore recevoir de Jésus, Ses disciples cherchaient Jésus.

Seigneur, à qui irions-nous?  Tu as les paroles de la vie éternelle.  Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu.  Jean 6,68-69

Ils ne disent pas, “Vers quel endroit irions-nous…” ou “Vers quoi irions-nous…” mais “Vers qui…”  Ils ne cherchaient pas les choses physiques, temporaires, et matérielles, mais Jésus Lui-même.

Que cela en soit ainsi dans ma vie quotidienne.

Brisé, et pris en entier…

Lorsque que Jésus parla à Ses disciples de Sa mort, beaucoup d’entre eux sont partis.  L’enseignement était trop dur pour eux.  En plus de cela, il y avait des chefs religieux qui refusaient de le croire.  Au lieu de voir Jésus pour Qui Il est, ils se contentaient de leur histoire et de leur passé.

Jésus leur offrait un pain éternel, pour la vie éternelle, et ils se contentaient d’un pain éphémère que Dieu a donné au peuple, pour un temps.  Dans leur incrédulité, ils refusaient de voir que quelqu’un de plus grand que Moïse  était venu, et que ce qu’Il leur offrait satisferait plus que leur faim physique.

Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts… C’est ici le pain qui est descendu du ciel.  Il n’en est pas comme de vous pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement.  Jean 6,48-49,58

Jésus leur dit, “C’est moi que vous cherchez.  C’est moi dont vous avez besoin.  Il ne faut plus regarder en arrière.  Je suis Celui qui donne Sa vie en tant que pain pour vous.  Prenez de moi, et soyez rassasiés.”

En quoi ou en qui placerai-je ma foi aujourd’hui?  Dans mon raisonnement, ou en Jésus? En ce qui m’est familier, ou regarderai-je avec les yeux de la foi?  Manquerai-je encore plus de bénédictions parce que je refuse de voir en Jésus ce dont mon cœur a réellement besoin?  Que je ne laisse pas mon incrédulité m’empêcher de profiter de la plus grande de ces bénédictions:  connaitre Jésus, et marcher avec Lui.

Et les petites miettes qui tombent…

Le pain que Jésus offre aux gens est pourvu en amour et en compassion pour les besoins de tous ceux qui le lui demandent.  Nous avons aussi le récit de la femme cananéenne qui recevait les petites miettes de la compassion et la bonté de Jésus, pour guérir sa fille.

Il répondit:  Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens.  Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.  Matthieu 15,26-27

En lisant ces mots, je suis émerveillée par l’humilité de cette femme.  Contrairement aux chefs religieux qui pensaient qu’ils méritaient la grâce de Dieu à cause de leur statut en tant que Juif, cette femme a compris qu’elle n’avait aucun mérite devant Dieu.  Mais la foi qu’elle met en Jésus est récompensée:

Alors Jésus lui dit:  Femme, ta foi est grande; qu’il te soit fait comme tu veux.  Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.  Matthieu 15,28

Quand je place ma foi en Jésus, je reçois de Lui ce dont j’ai besoin, et encore plus.  Il m’apporte la paix, la joie, et une faveur que je ne mériterais jamais.  Son pain est suffisant, et rien ne se perd.  Même les miettes de sa grâce sont assez pour me satisfaire.

Que Dieu puisse m’aider aujourd’hui à contempler de nouveau Jésus mon Pain.  Tout comme je trouve le plaisir à prendre le pain physique tous les jours, que Dieu puisse m’aider à prendre plaisir dans la grâce qu’Il m’offre pour cette journée.  Que je puisse être rassasiée et nourrie par ma relation avec Lui.  Et que je puisse prendre de Lui, et partager ce que je sais de Lui avec les autres.

Nous avons fait du chemin ensemble, et il reste du chemin à faire!  Marchons fidèlement avec Jésus jusqu’au bout!  Le plan pour le mois d’octobre, Marcher aux changements des temps, se trouve à télécharger ici.

A bientôt pour une nouvelle marche avec Jésus en Sa Parole!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s