J’ai souvent chanté devant l’église, en solo, en groupe ou en chorale.  Et je peux vous avouer, que cela m’arrive au moment où je l’attends le moins…

Je veux être une bénédiction pour les personnes qui m’entendent.  Ce n’est pas la bonne volonté qui me manque.  Souvent, dans un moment d’inattention, je me retrouve dans mon propre monde, et je suis perdue.  Je ne trouve plus ma place dans la partition, ou je m’égare loin d’elle, et oups, avant de me rendre compte, j’ai fait une fausse note.

Je suis sure que je ne suis pas la seule.  Dans nos vies, nous allons toutes faire des fausses notes, même sans vouloir le faire exprès.  Quelles sont les raisons pour ces fausses notes, et qu’est-ce que Dieu attend de nous dans ces situations?

On n’est pas fidèle à la partition.  Pour chaque chant de chorale ou morceau de piano, il existe des partitions.  Je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui arrivent à jouer sans partition, mais pour chaque chant, à un moment donné, quelqu’un a dû l’écrire formellement.  Les partitions contiennent tout ce dont on a besoin pour jouer correctement la chanson:  les notes, le temps, le rythme, les pauses, les crescendos, etc.  Suivre une partition fidèlement est indispensable pour chanter ou jouer correctement la musique.

En tant que chrétiennes, nous avons tout ce dont nous avons besoin pour vivre notre vie fidèlement, dans la Parole de Dieu.  Quand on ignore ce que la Parole de Dieu nous dit, il ne faut pas nous étonner que nous nous retrouvions dans le péché.  Il faut connaître la Parole de Dieu pour pouvoir la suive.  Jésus a posé cette question aux Pharisiens, “N’avez-vous jamais lu…?” (Matthieu 21,16 et 42)  Les pharisiens connaissaient de tête peut-être les Écritures, mais ils ne se souciaient pas de prêter attention à la Parole de Dieu, et à la suivre.  Le résultat de leur inattention?  Ils enseignaient l’erreur .  Jésus les met en garde:  ce que vous avez lu, il faut aussi le suivre.

On oublie les instructions du Chef d’Orchestre.  Lorsqu’on chante en chorale, chaque chef d’orchestre donne des instructions pour l’interprétation d’un morceau choisi.  Il va suivre la partition, mais il va mettre ses touches personnelles pour chaque instrumentaliste.  De la même manière, Dieu nous sert de chef d’orchestre.  Il nous donne des instructions dans Sa Parole, mais en plus Il nous donne à chacune notre rôle à jouer dans Son plan.  Sommes-nous en train de suivre fidèlement notre parcours pour le Seigneur?  Ou marchons-nous d’après le penchant de notre cœur, en faisant comme bon nous semble?

Après la résurrection, Jésus est apparu aux disciples, surtout à Simon-Pierre.  Il l’a rétabli en bonne relation avec Lui-même, et Jésus lui confia une tâche qui  allait lui être particulière:  “Pais mes brebis.” (Jean 21,17)  Je crois que Pierre était sincèrement touché par le renouvellement de sa relation avec Jésus, mais il avait des questions aussi à propos des autres.  Il demanda à Jésus, “Et à celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il?” (Jean 21,21)  Souvent je crois que nous nous égarons de la piste que Jésus met devant nous, parce qu’on s’intéresse trop au parcours des autres chrétiens.  Jésus lui dit, “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe? Toi, suis-moi.” (Jean 21,22) Je ne peux rester fidèle à Dieu, mon chef d’orchestre, si je me soucie des voies des autres.  Jésus me dit de le suivre, et si je ne le fais pas, je vais me retrouver dans l’ erreur.

On invente notre propre mélodie.  Si on est en train de chanter ou de jouer du jazz, l’improvisation fait partie de la musique.  On est encouragé à trouver notre propre chemin, en suivant notre propre feeling ou d’aller “là où la musique nous entraîne.”  Il n’en est pas ainsi dans nos propres vies.  Dieu a fixé des limites dans nos vies, et Il désire qu’on Le suive.  Il connait nos cœurs mieux que nous, et Il sait que le fait de suivre nos cœurs va nous mettre en danger.  “Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant: qui peut le connaitre? Moi, l’Éternel, j’éprouve le cœur, je sonde les reins, pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses œuvres.” (Jérémie 17,10)  En Esaïe 30,21, il nous rappelle, “Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira:  Voici le chemin, marchez-y!”  Il faut nous assurer que nous sommes en train de suivre Dieu tous les jours, et non seulement faire comme nous en avons envie.  Cela nous mène aux deux prochaines raisons de pourquoi on fait des “fausses notes” dans nos vies…

On ne s’entraîne pas assez.  Quand on joue un instrument ou lorsqu’on chante, il faut s’entraîner.  La musique ne vient pas toute seule.  Il faut des heures et des heures, parfois douloureuses et pénibles, pour être sûre de bien connaitre la musique d’anticiper des problèmes éventuels, et de s’auto-corriger si le besoin y est.  La même chose est vraie pour notre musique spirituelle.  Marcher en harmonie avec notre Créateur sans faire de “fausses notes” veut dire qu’on s’entraîne tous les jours à Le suivre fidèlement.  Ce n’est pas assez d’aller à l’église le dimanche, de faire mon “devoir” pour la semaine, pour ensuite vivre à ma guise les autres jours.  Cela pourrait être facile de faire un bon show une fois par semaine, mais la véritable vie de fidélité se poursuit tous les jours, dans les circonstances favorables ou non, si les gens nous regardent ou non.  Il faut un entrainement quotidien, pour connaître la Parole de Dieu, et faire le choix de marcher en La suivant fidèlement.

On se laisse distraire par ce monde.  Dans la musique, les deux raisons pour lesquelles je fais des fausses notes sont le manque d’entrainement, et le manque d’attention.  Je me laisse distraire par les autres qui chantent, ou ce que je vais manger tout à l’heure, ou si j’ai fait les activités que je devais faire dans la journée.  Quand je chante ou quand je joue, je dois vivre cet instant, mesure par mesure, jusqu’à ce que la musique soit terminée.

La même chose est vraie pour ma vie personnelle avec Dieu.  Si je veux rester en harmonie avec Lui, je ne peux pas me permettre de me laisser distraire par ce monde qui m’entoure.  Tout ici-bas n’est que passager, et comme tout bon soldat sous les ordres de mon Chef, je devrais fixer mes yeux sur Lui et Le suivre fidèlement:

Il n’est pas soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé… 2 Timothée 2,4

De la même manière on doit être prêtes à nous débarrasser de tout ce qui peut venir dans nos vies, pour nous distraire dans notre première tâche sur la terre:  suivre fidèlement notre Seigneur.

Les fausses notes nous arrivent à toutes, parce que nous vivons dans ce monde de péché, avec une ancienne nature qui reste solidement en nous, et qui veut prendre le dessus à chaque moment de notre vie.  Confions-nous dans la partition mise devant nous par notre Chef d’Orchestre, en Le fixant les yeux, et notre vie sera en harmonie parfaite avec Lui.

 

One thought on “Quand on fait une “fausse note”

  1. Stock pics aren’t only unpleasant providing you can make use of them in the right way. They are able to add more visually attractive and compelling content to your creating. They remove many of the design or outsourced digital photography you might like to assemble into the size of your pocket. They are fairly prompt artistic content remedies in a pinch. And on top of that, all our stock images are 100 free of charge – assess us out and distribute much more persuasive content next time. You’re encouraged!

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s