Il revint pour la troisième fois, et leur dit, Dormez maintenant, et reposez-vous! C’est assez! L’heure est venue; voici, le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s’approche.  Marc 14,41-42

Avez-vous déjà eu la sensation d’être entourée constamment par les gens, et de vous sentir complètement isolée et seule?

Pire encore, avez-vous déjà été entourée par vos meilleurs amis, votre famille et vos proches, même les personnes que vous estimez et qui vous estiment, mais de vous sentir mal-comprise, ou ignorée dans vos moments difficiles?

Combien il est triste d’être entourée, et de se sentir…seule…

Nous continuons dans notre étude “Voici l’homme”, un regard plus détaillé sur les derniers jours de la vie de Jésus, juste avant Sa mort sur la croix.  Nous avons fait le long voyage vers Jérusalem avec Lui, vu les foules qui Le suivaient, jusqu’au moment de Son entrée triomphale à Jérusalem.  Dans notre passage aujourd’hui, nous retrouvons Jésus enfermé seul pour la dernière fois avec Ses disciples, pour ensuite Se rendre au jardin de Gethsémané pour passer encore du temps seul avec Ses disciples.

Au lieu d’être entouré et reconfortépar la présence de Ses amis, Jésus Se retrouvait…seul.

Ses amis proches ne voyaient pas Ses souffrances.  Les disciples ont vu Jésus éprouver les besoins de Sa chair physique:  Il était fatigué, Il avait faim et soif, et Il éprouvait de la tristesse en voyant les besoins autour de Lui.  Jamais les disciples ne l’avaient vu subir les souffrances qu’Il éprouverait dans le jardin…et ils n’allaient pas les voir, parce qu’ils s’étaient endormis.

Il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il commença à éprouver de la frayeur et des angoisses.  Il leur dit:  Mon âme est triste jusqu’à la mort: restez ici, et veillez…Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis.  Ils ne surent que lui répondre.  Marc 14,33-34,40

Pendant tous leurs moments ensemble, Jésus ne leur avait jamais demandé une chose pareille.  En tant que Dieu, nous savons que Jésus n’avait besoin de rien, parce qu’Il est parfait et entier.  En tant qu’homme, Jésus éprouvait de telles souffrances qu’Il désirait avoir le soutient de Ses disciples.  Ajouté à la trahison qui allait venir, nous voyons une autre sorte de trahison de Ses disciples:  au moment de Son plus grand “besoin,” les disciples se sont endormis.

Cela me fait penser à ma communion avec Dieu.  Jésus m’ordonne dans Sa Parole d’ être vigilante, de veiller, de rester éveillée face aux dangers de ce monde.  Combien de fois, au lieu d’être vigilante dans ma vie face aux menaces futures, je me suis endormie, et j’ai raté l’occasion de me ressourcer en Dieu, avant que les difficultés surviennent?  Combien j’ai besoin d’être vigilante et veiller, parce que je ne sais pas les dangers qui m’attendent?

Ses disciples avaient eu l’occasion d’encourager Jésus pendant les moments les plus difficiles de Sa vie…et ils se sont endormis.  Que Dieu puisse m’aider à ne pas somnoler quand Dieu “a besoin” de moi.

L’un de Ses amis proches l’a trahi, pour de l’argent.  Il n’y a rien de pire que de Se sentir rejeté par un ami ou un parent proche, sauf peut-être pour une trahison d’un proche.  Pendant trois ans, Judas passa du temps à connaitre Jésus, à manger et à dormir auprès de Lui, à’entendre Ses instructions, faire partie de ceux qui œuvraient et travaillaient avec Lui, et même de porter le nom de disciple, c’est-à-dire, celui qui suit de près les instructions de Son Maître.

Et pourtant, Judas l’a trahi, pour de l’argent.

J’ai entendu plusieurs suppositions quant au choix de Judas de choisir de trahir Jésus.  Certains pensent que Judas supposait qu’il allait forcer la main de Jésus, pour qu’Il se proclame comme Messie et prendrait Sa place de Roi terrestre.  D’autres pensaient que les chefs religieux avaient mis la pression sur lui pour trahir Jésus.  Peut-être que cela était vrai aussi, mais la Bible ne nous donne pas d’indication de ces motifs.

Il disait cela, non qu’il se mettait en peine des pauvres, mais parce qu’il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu’on y mettait…Jean 12,6

Alors, l’un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs, et fit:  Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai?…Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.  Matthieu 26,14-16

Judas l’a trahi, parce qu’il s’aimait lui-même, plus qu’il aimait Jésus.  Judas cherchait son propre gain, s’enrichir des trésors de ce monde.  Il regarda son association avec le Fils de Dieu comme quelque chose sans importance, et il méprisa la confiance que Jésus plaçait en lui.  Au lieu d’être serviteur fidèle, Judas est devenu pour nous la définition même de l’infidélité.

Jésus cependant l’aimait autant que les autres.  Il l’a accepté parmi les Siens, en sachant qu’un jour, Judas le trahirait.

Qui d’entre nous accepterait un tel ami dans notre entourage?

Mais, quand je regarde à ma vie, et à la manière dont je suis si souvent infidèle à Mon Seigneur, ne suis-je pas souvent dans la même catégorie que Judas?  Je le trahis par mes mots, par mes actions, par mon amour pour ce monde, parce que je veux devenir “quelqu’un” ici-bas…ne fais-je pas la même chose que Judas?  Et Jésus ne m’accepte-Il pas en tant qu’ami et proche?  Combien cela doit l’attrister, de me voir m’aimer moi-même, plus que Lui qui a tout donné pour moi.

Combien le récit de Judas devrait m’encourager à prier pour que je reste fidèle à Celui qui m’a tant aimé.

Jésus n’était jamais vraiment seul.

Au moment de Ses plus grandes souffrances, Jésus n’était jamais tout seul.  Il avait la communion avec Son Père, par la prière.  Dieu lui a aussi envoyé Ses anges pour le secourir pendant Ses agonies dans le jardin.  Jésus était fortifié dans Son Esprit pour le traitement qu’Il allait endurer, malgré le fait que tout le monde autour de Lui, Lui ait tourné le dos.  Jésus n’était jamais vraiment tout seul.

Moi non plus, pendant les moments les plus sombres de ma vie, je ne suis pas abandonné, non plus.  Dieu a promis de m’accompagner dans “la vallée de l’ombre de la mort,” et cela “jusqu’à la fin de mes jours.” (Psaume 23,4-6)  Quand je me sens toute seule, je ne le suis pas.  Dieu reste auprès de moi, et Il me porte Son secours dans ma détresse.

Que Dieu puisse m’aider, à regarder toujours vers Lui pour recevoir de l’aide et de l’encouragement, pour que je continue à marcher fidèlement avec Lui.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s